fbpx

Que veut dire « taux de cendres » sur les étiquettes de croquettes ?

Pourquoi mentionne-t-on ensuite ce taux ?

Comment calculer enfin  un taux de cendres idéal ?

La réponse à ces questions sur les constituants analytiques dans les croquettes et pâtées pour chien et chat risque à cet égard de vous surprendre !

Pourquoi note-t-on le taux de cendres dans les constituants analytiques des aliments pour chien et chat ?

Le taux de cendres est de fait obligatoirement noté sur les étiquettes des croquettes, pâtées et autres friandises. On le calcule notamment selon les ingrédients incorporés dans les recettes. Il définit ainsi le pourcentage de minéraux naturellement présents dans chaque aliment. 

Qu’est-ce qui se cache en fait derrière la locution «taux de cendres» ?

Le taux de cendres n’est en fait que le taux de minéraux et d’oligo-éléments dans un aliment. Il s’agit, entre autres, du fer présent dans le sang des proies, du calcium présent dans les os des proies, du magnesium, etc.

Sur quoi se base Atavik pour comparer ses taux de cendres ?

Pour voir si nos taux de cendres sont conformes à ce que doivent manger les chiens et chats, nous comparons nos aliments à ce qu’ils mangent naturellement. Voici donc les taux de cendres des proies naturelles dans l’alimentation canine et féline sauvage recueillis par des zoologistes :

 

Taux de cendres des proies naturelles

Voici les taux de cendres des proies naturelles dans l’alimentation canine et féline sauvage recueillis par des zoologistes.
Proie naturelle crue entièreTaux de cendresProie des canidésProie des félins
Souris adulte11,8%tick cc0638 valide atavik tableau
Souriceau9,7%tick cc0638 valide atavik tableau
Rat12,2%tick cc0638 valide atavik tableautick cc0638 valide atavik tableau
Lapin12,8%tick cc0638 valide atavik tableautick cc0638 valide atavik tableau
Lapereau14,9%tick cc0638 valide atavik tableautick cc0638 valide atavik tableau
Poulet9,4%tick cc0638 valide atavik tableautick cc0638 valide atavik tableau
Veau16%tick cc0638 valide atavik tableau
Chevreuil11,4%tick cc0638 valide atavik tableau
Lièvre17,5%tick cc0638 valide atavik tableautick cc0638 valide atavik tableau
Ecureuil11,6%tick cc0638 valide atavik tableau
Campagnol13,5%tick cc0638 valide atavik tableau
Canard9,5%tick cc0638 valide atavik tableautick cc0638 valide atavik tableau
Caille9,9%tick cc0638 valide atavik tableautick cc0638 valide atavik tableau
Lézard15,9%tick cc0638 valide atavik tableau
Serpent17%tick cc0638 valide atavik tableau

Tous les taux comprennent ici les os, la chair et les abats. Comme vous le voyez, ces taux de cendres sont très proches de ceux des gammes sèches Atavik comme les croquettes. Ils sont en revanche très inférieurs pour nos gammes humides, ce qui garantit une absorption maximale des minéraux et une bonne préservation des reins pour ces recettes. En effet, chez les chiens et chats sujet aux calculs rénaux et biliaires, un taux de cendres supérieur à 10% est déconseillé.

Le taux de cendres ne signifie pas « vidage de cendrier dans la gamelle »

Le taux de cendres n’est en fait qu’une formulation convenue dans toute l’industrie agro-alimentaire. Le nom « taux de cendres » vient en effet de la manière dont on le calcule. Théoriquement, il convient de calculer le taux de cendres brutes en prenant 5g d’un aliment, puis de le calciner jusqu’à disparition des composés carbonés (glucides, lipides, protéines) et de l’eau (humidité). On parle donc d’une combustion à 550ºC pendant 3 heures. A cette température, seuls les minéraux subsistent.

Moins il y a d’ingrédients frais dans une croquette, plus le taux de cendres monte

C’est pourquoi plus les croquettes contiennent de farines animales, plus ce dernier monte. Toutes les viandes ne sont pas déshydratées selon les mêmes procédés : nous en déshydratons nous-mêmes une part, à une température qui n’affecte pas les nutriments. Cependant, certaines farines animales parmi les moins coûteuses sont faites en brûlant des carcasses à plus de 600ºC. A cette température, comme on vient de le voir, seules les cendres restent. Il n’y a donc plus aucun nutriment utile à l’organisme de votre chien ou de votre chat. Et rien n’impose de dire sur l’étiquette que ce produit est « à base de poulet calciné ».

Un taux de cendres bien inférieur au naturel

Comme vous le savez, tous nos aliments sont à base de vraie viande osseuse fraîche ou de Viande séparée mécaniquement fraîche. La viande osseuse contenant naturellement des minéraux comme le calcium, ce pourcentage se retrouve dans les croquettes. Nous vous rappelons que ces dernières contiennent exclusivement des protéines animales fraîches (viande séparée mécaniquement de poulet ou de dinde, poissons entiers après levage des filets, etc), de la viande déshydratée à une température visant à respecter les nutriments, des abats (foies, gésiers, coeurs, poumons), et des fruits et légumes frais. Puis leur mode de cuisson vise à garder un maximum des composants de nos recettes intacts. On parle ici de températures inférieures à celle nécessaire à la cuisson d’un poulet rôti.

La viande osseuse fraîche est également l’ingrédient presqu’exclusif de nos gammes humides, mis à part notamment les fruits et légumes frais. Les morceaux sont même sélectionnés et nommés, comme pour la recette Atavik La Dinde, composée exclusivement de cous, foies et coeurs de dinde.

La viande fraîche est enfin l’ingrédient principal et parfois unique de nos friandises. Elles sont toutes séchées naturellement en respectant les méthodes artisanales.

La majorité de nos ingrédients étant frais, partiellement désossés et comme nous n’incluons aucun sous-produit nutritionnellement peu intéressant comme les pattes, les becs et les plumes de volaille, nos taux de minéraux sont ainsi globalement inférieurs à ceux des proies fraîches, à savoir environ 10% pour de la volaille.

Nos aliments au taux de cendres le plus proche du naturel

Des sujets de santé liés au taux de cendres

On parle parfois d’aliments toxiques pour les chiens et les chats. La toxicité étant la propriété d’une substance qui peut empoisonner un organisme vivant, c’est un mot à ne pas employer à la légère. Toutefois, certaines substances sont reconnues par la science comme toxiques pour les carnivores domestiques. En voici la liste la plus complète à ce jour !

1. Les médicaments humains

La première cause d’empoisonnement du chien et du chat recensée par les études de morbidité et de mortalité des vétérinaires reste la négligence humaine. En tête des substances laissées à portée de gueule : les médicaments.

Parmi les médicaments les plus dangereux pour le chien et le chat : le paracétamol, l’aspirine et l’ibuprofène. Autant dire ceux qui se trouvent dans toutes les armoires à pharmacie ! Le paracétamol n’est pas dégradable par le foie du chien et du chat par absence du cytochrome nécessaire à sa fraction (une enzyme). Il s’accumule donc dans le foie et le sang, jusqu’à l’intoxication. De même, l’ibuprofène et l’aspirine ne sont pas non plus dégradables, mais font risquer en outre des hémorragies par leur action inhibitrice de l’agrégation des plaquettes.

Comme pour les enfants, rangez vos médicaments dans une armoire en hauteur, et qui se ferme si possible à clé.

 

2. Les produits ménagers et pesticides toxiques

Encore un empoisonnement courant des chiens et chats, et qui est facilement évitable. Certains produits d’usage courant attirent notamment les chiens par leur goût sucré : produits contre les limaces, anti-fourmis, liquide vaisselle avec arômes artificiels, etc

De plus, attention aux insecticides : anti-puces, anti-tiques et anti-moustiques ! S’ils sont normalement étudiés pour l’application sur animal vivant, il est fortement contre-indiqué d’en cumuler plusieurs. La surdose de pesticide est vite arrivée !

De même, n’utilisez jamais un insecticide pour chien sur un chat ! Certains pesticides pour chiens comportent des permethrines, mortelles lorsqu’appliquées sur le chat. 20% des chats exposés aux perméthrines n’en réchappent pas, et les convulsions consécutives à la destruction de leurs nerfs laissent des séquelles chez nombre de survivants.

Gardez donc aussi tous ces produits loin de vos animaux, bien à l’abri.

 

3. Les méthylxanthines

Le poison le plus létal pour les chiens et chats est un délice pour nombre d’entre nous. Les méthylxanthines regroupent entre autres la théobromine, la théine, la caféine et la théophylline. Bref, les substances actives que l’on retrouve dans le chocolat, le thé, le café et le cacao. Mais les chiens et chats n’en mangeraient pas spontanément s’ils n’étaient pas aussi sucrés : l’appétence gustative des chats et chiens pour les glucides les trompe quant au fait que ces substances sont toxiques.

Tout comme pour le paracétamol, les méthylxanthines s’accumulent dans le foie, avec une dégradation bien plus lente que chez l’humain. Cette dégradation conduit le foie à déborder de toxines, ce qui influe sur le rythme cardiaque et conduit à l’arythmie, à la tachycardie et aux palpitations.

Le placard en hauteur est une bonne solution. Le chocolat noir, le café et le thé nature sont quant à eux trop amers pour attirer naturellement un carnivore : manger vous-même moins sucré peut donc sauver votre chien ou votre chat !

 

4. Le xylitol

Utilisé en tant qu’édulcorant, le xylitol est l’un des poisons pour chiens et chats les plus méconnus. Il provient de l’écorce de bouleau, tout aussi toxique au naturel pour les canidés. Nombre de produits du quotidien en contiennent pour ses qualités de faux-sucre : chewing-gums, bonbons, dentifrice, bains de bouche, etc

Le xylitol est surtout toxique pour le chien. Il est assimilé à très grande vitesse par l’organisme, ce qui conduit ce dernier à compenser. L’organisme du chien croit à un apport massif en glucides, alors que le xylitol n’a pas la même valeur glucidique. Le pancréas, trompé, sécrète donc trop d’insuline, ce qui conduit le chien à une hypoglycémie sévère.

 

L’empoisonnement au xylitol est un empoisonnement-éclair : il suffit de 10 à 60 minutes pour arriver à la mort. Seule solution : un apport de glucides massif pour faire sortir le chien de l’hypoglycémie. De l’eau fortement sucrée est donc dans ce cas le seul moyen de sauver votre chien. Qui aurait cru que les glucides pouvaient sauver des chiens…

 

5. Les organosulfoxydes

Les organosulfoxydes se trouvent dans toutes les plantes de la famille Allium : l’ail, l’oignon, le fenouil, la ciboulette, la cive, la cébette et le poireau en font notamment partie. Sous l’action des organosulfoxydes, les cellules du carnivore se mettent à s’oxyder à vitesse accélérée, causant un choc toxique.

Le problème de l’intoxication à l’ail et autres, c’est qu’il faut parfois plusieurs jours avant de la détecter. Les vomissements, diarrhées et coloration brune des urines sont des symptômes d’un processus d’intoxication lent.

 

6. L’Aloe Vera

L’Aloe Vera est souvent considéré comme une panacée en cosmétique. Son sérum hydrate, agit contre les brûlures, les maux d’estomac, les ulcérations internes et externes, etc. A tel point qu’un nombre grandissant de gens en possède dans la salle de bain. Il suffit d’en couper une feuille de temps à autre pour en recueillir le cœur, empli de bienfaits.

Le problème, c’est que votre chien ou votre chat supporte mal les principes actifs de l’Aloe Vera. Les saponines de l’aloès provoquent diarrhées, vomissements, perte d’appétit, irritation de contact, voire tremblements et convulsions. Et qu’en plus, la sève d’Aloe Vera, très sucrée, les attire !

Ainsi, évitez simplement d’avoir cette plante chez vous.

 

7. Les plantes du jardin

Les carnivores domestiques peuvent être incommodés par un nombre incroyable de plantes courantes dans les jardins ou sur les balcons. Géranium, bégonias, azalée, cyclamen et œillets sont les annuelles estivales les plus toxiques. Mais les bulbeuses sont aussi concernées : lys, anémone et jacinthe, par exemple. Ainsi que les plantes à rhizome, comme le muguet. Cette intolérance concerne également quelques arbres à fleurs, comme le laurier-rose, le lilas ou le jasmin. Et si vous pensiez être tranquille après l’été, apprenez que le chrysanthème fait partie des plantes toxiques : gare aux félins qui vaquent dans les cimetières en période de Toussaint. Enfin, si vous croyez être tranquille à Noël, les chiens et chats ne supportent pas non plus le houx, le gui, le poinsettia et la rose de Noël.

Heureusement, il n’y a pas de quoi décourager du jardin. Chez toutes ces plantes, c’est la sève qui pose problème. Évitez donc de faire sortir vos animaux trop vite après la taille de vos haies et parterres.

 

8. Les alcools

On ne trouve pas d’alcool que dans les boissons alcoolisées, que peu de chiens ou de chats apprécient de toute manière. On en trouve dans le parfum, les colorants, les encres, etc. L’intoxication à l’éthanol peut aussi provenir de la fermentation dans l’estomac de pâte à pain crue, ou de pommes qui fermentent sous l’arbre à la fin d’un automne clément et qui sont avalées à l’insu du maître. La pâte à pain crue n’est pas dangereuse que par l’éthanol qu’elle contient : hautement fermentescible, elle fait gonfler l’estomac du chien, pouvant provoquer sa torsion.

L’éthanol n’est pas le seul alcool toxique pour les chiens et chats. L’éthylène glycol est aussi un alcool, trouvé quant à lui dans l’antigel. Ce type de produit, à l’odeur sucrée, attire souvent les chiens. De même, le propylène glycol, contenu dans le liquide à cigarette électronique, est nocif pour l’animal. Son ingestion est fréquente, car conditionnée par les arômes artificiels de ces liquides.

Gardez toutes ces substances hors de portée de vos animaux, et en cas d’intoxication, foncez chez le vétérinaire : la vie ou la mort de votre animal est une question de minutes.

 

9. La nicotine et le tabac

On ne trouve pas de nicotine que dans les cigarettes. Les liquides pour cigarette électronique en contiennent par exemple, ainsi que du propylène glycol, tous deux toxiques. Mais le tabac est surtout une plante, qui peut pousser dans les jardins et les champs en France.

Les autorités dénombrent une cinquantaine d’intoxications chaque année provenant de l’une de ces sources chez les animaux de compagnie.

 

10. Les phtalates

Très présents dans les plastiques des jouets et des gamelles, il s’agit des substances toxiques qui peuvent aussi bien empoisonner immédiatement (dans les détergents, peintures et vernis par exemple) que sur le long terme à petite dose. Vous les connaissez mieux sous le nom de perturbateurs endocriniens, comme le bisphénol A.

De nombreux contenants à base de plastique contiennent des perturbateurs endocriniens. Les conteneurs à croquettes en PVC, certains sachets ou certaines pelles à croquettes en plastique contaminent de phtalates vos aliments. Leur usage est limité en Europe, mais ce n’est pas le cas outre-Atlantique, et ils sont très utilisés en sachetterie aux États-Unis ainsi qu’au Canada. Bien entendu, vous n’en trouverez jamais chez Atavik ?

Les phtalates sont hautement toxiques à forte dose, et provoquent des dégénérescences cellulaires lorsqu’exposés sur le long terme : cancer, maladies d’Alzheimer et de Parkinson, etc.

11. Les venins

Il est normal qu’un insecte ou une plante qui a survécu de nombreuses générations grâce à la sécrétion d’un venin continue de le sécréter. Souvent, le chat ou le chien est d’ailleurs un prédateur comme un autre.

Méfiez-vous surtout du venin de guêpes et de frelons, causant des œdèmes importants. Et enfin, des chenilles processionnaires, dont la thaumétopoéine peut causer une nécrose de la langue.

12. La pomme de terre crue

La pomme de terre n’est toxique pour le chien que si elle n’est pas cuite. C’est la solanine que la pomme de terre crue contient qui peut lui causer de graves troubles digestifs. Cuite, la pomme de terre ne représente aucun risque pour le chien.

 

13. Les protéines végétales

Les protéines végétales ne sont pas digestibles par le chien et le chat. Le chien et le chat sont des carnivores, et il leur faut 2 acides aminés que l’on ne trouve pas dans le monde végétal : la taurine et la L-Carnitine.

Ne nourrir son carnivore que de protéines végétales entraînera donc immanquablement des carences importantes. Mais même un régime pauvre en protéines animales, comme celui conséquent d’une alimentation à base de croquettes aux céréales et aux farines animales, peut diminuer le tonus et la durée de vie du carnivore domestique.

 

14. Les mycotoxines

Une autre substance potentiellement mortelle pour les carnivores se trouve dans certaines céréales : les mycotoxines. Il s’agit de toxines libérées par des moisissures qui parasitent les céréales. Peu de céréales sont épargnées par les mycotoxines : le blé, le maÏs, l’orge, le seigle, etc.

Les effets toxiques des mycotoxines commencent à des doses extrêmement faibles. Et les champignons se développant sur les céréales libèrent le plus souvent des neurotoxines. Leur ingestion entraîne chez le chien et le chat des tremblements et des convulsions, conduisant parfois au coma.

Les mycotoxines sont reconnues comme une source sérieuse de toxicité par la plupart des centres anti-poisons.

 

15. Les os cuits et les arêtes cuites

Si les os crus ou les arêtes crues pouvaient faire du mal aux carnivores comme le chien et le chat, cela ferait longtemps que loups, lynx et lions auraient disparu de la surface du globe. En revanche, les os cuits et les arêtes de poisson cuites sont dangereuses pour les chats et les chiens. L’oxydation du calcium les rend cassants, et peuvent conduire à des perforations internes si ingérés.

En revanche, donner de l’os cru ou du poisson cru avec des arêtes à un chat ou un chien ne représente aucun risque !

 

16. Les noix

Ce ne sont pas les noix en elles-mêmes qui peuvent intoxiquer votre chien ou votre chat, mais bien les mycotoxines qui se développent dessus. Tout comme pour celles des céréales, les moisissures sur les noix dégagent des toxines très dangereuses pour les chats et les chiens.

 

17. Le raisin

Des cas d’insuffisance rénale du chien consécutive à d’importantes ingestions de raisin ont été déclarés. Mais le sujet reste à l’étude, car la substance qui causerait l’insuffisance rénale et que contiendrait le raisin n’est toujours pas identifiée.

 

18. Le houblon

Sont concernés par l’intoxication au houblon toutes les races de chiens sensibles à l’hyperthermie maligne. Le chien subit une forte fièvre, causant des lésions neurologiques si elle n’est pas traitée rapidement. Le nombre de cas reste cependant très faible.

 

19. La noix de Macadamia

Deux espèces de noix de Macadamia provoquent fièvre, vomissements et douleurs abdominales chez le chien. Heureusement, en cas d’ingestion, aucun cas mortel n’a été répertorié, et le chien récupère totalement au bout de quelques jours.

 

20. L’avocat

Bien que la chair de l’avocat, pleine d’acides gras végétaux peu digestes par le carnivore, soit également contre-indiquée pour le chien et le chat, c’est surtout du noyau de l’avocat que votre animal devrait se méfier. Outre le risque d’étouffement, la persine qui le recouvre est nocive pour le cœur et les poumons.

Vous nous demandez régulièrement pourquoi il n’y a pas de croquettes light pour chien et chat chez Atavik. La réponse du nutritionniste est simple : les lipides sont essentiels au régime équilibré du carnivore ! Et les croquettes spéciales pour chiens et chats stérilisés ont fréquemment de grands déficits en acides gras essentiels.

 Mettre son chien ou son chat au régime : d’accord, mais pas comme un omnivore !

Pour parler du régime chez le chien ou le chat, beaucoup comparent avec leur expérience du régime en tant qu’humain. Ils imaginent donc que les produits allégés peuvent leur faire du bien. C’est de base une erreur. Le carnivore n’a pas les mêmes besoins que l’humain. On ne peut donc pas appliquer à la lettre au chien et au chat des recettes qui marchent chez l’humain.

Le régime crétois : un angle de réflexion, mais sans transposition stricte !

Prenons un exemple dont les bienfaits sur l’être humain sont avérés : le régime crétois ou régime méditerranéen. Cette pratique alimentaire a des effets remarquables sur la santé : diminution du risque de maladies cardio-vasculaires, des maladies neuro-dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson, et à terme diminution de la mortalité.

Le régime crétois consiste en un apport massif de fruits et légumes frais, de légumineuses et de céréales. Il compte également une grande quantité de matières grasses, huile d’olive et produits laitiers. Et c’est la consommation de viande, de poisson et d’oeufs qui est modérée.

Ce régime ne convient bien entendu pas à un carnivore ! Pourtant, il est bon pour l’Homme, et ce sans aliment light. Il ne faut donc pas le copier, mais le comprendre et nous en inspirer pour nos animaux de compagnie.

 

Les 3 leçons du régime crétois chez le chien et le chat

Adieu le régime, bonjour la pratique alimentaire !

C’est le premier enseignement du régime méditerranéen. Tout d’abord, ne pas concevoir le régime, limité dans le temps, comme apportant quelque bienfait. Pour bien manger, il faut que cela soit durable et pérenne, et les effets se constatent après plusieurs mois, puis au fil des années.

Manger frais

Ensuite, le deuxième trait que l’on peut retirer de cette pratique alimentaire, c’est que le frais est porteur de bienfaits. Des nutriments altérés au minimum, du frais, voire du cru : voilà un secret de la longévité et de la bonne santé. Pas de transformation inutile de l’aliment pour le rendre light, par exemple.

Varier les produits

Voici enfin le troisième élément à retenir, commun aux chiens, chats et humains : alterner les sources de nutriments. Manger tous les jours la même chose entraîne carences et fatigue de l’organisme, surtout concernant les terrains allergiques. Il faut donc manger de tout, à partir du moment que l’aliment est digéré et adéquat au type trophique : herbivore, omnivore, carnivore, etc.

 

Diminuer l’apport lipidique, une mauvaise idée chez le carnivore

Nombreux sont les propriétaires d’animaux à penser que le surpoids de leur animal provient d’une alimentation trop grasse. Ils essaient donc de lui donner des aliment moins gras, appelés « croquettes light ». Le surpoids trouve toujours son origine dans un déséquilibre, mais l’apport lipidique est l’une des pierres angulaires de l’équilibre nutritionnel chez le carnivore !

C’est là où le type trophique est important. L’organisme du carnivore fonctionne d’une manière bien précise, très différente de celui de l’être humain.

L’être humain, en omnivore, peut manger de tout. Mais surtout, il tire son énergie des glucides. Les protéines lui servent à reconstituer ses muscles et à donner de la matière à ses cellules. Les lipides lui servent à entourer ses cellules et à les protéger de la dégénérescence. Tandis que protéines et lipides forment la structure de notre machinerie corporelle, les glucides en sont le carburant.

Le chien, le chat et les autres carnivores fonctionnent différemment. Et c’est grâce à leur foie, qui possède une capacité absente du nôtre : la néoglucogénèse.

 

Néoglucogénèse et tonus

Tout comme pour l’être humain, le carburant du corps des chiens et chats demeure les glucides. Néanmoins, à notre différence, les glucides ne sont pas ingérés par le carnivore : il les synthétise à partir des protéines et des lipides, dans le foie !

C’est pourquoi un chien ou un chat n’a pas besoin d’avaler des glucides. Il les produit lui-même. Encore faut-il qu’il ait les bons nutriments dans son alimentation, est que cette dernière soit riche en protéines et en lipides de qualité !

Donner un régime sans gras à un chien ou un chat est donc aussi peu naturel que lui donner un régime sans protéines. C’est pourquoi il n’y a pas de croquettes light chez Atavik.

 

Pas de light, mais pas n’importe quel gras !

Attention cependant : les chiens et chats ne peuvent pas digérer toutes les formes de lipides ! Ils digèrent parfaitement les lipides provenant de la viande et du poisson, mais très peu ceux originaires d’huiles végétales. Seule l’huile de lin et les lipides provenant d’algues telles la spiruline ou les algues bleues sont digestes.

S’il faut bannir du gras de l’alimentation de votre chien ou de votre chat, ce sont donc bien les huiles végétales que vous devez viser. Lécithine de soja, huile de palme, huile de colza, graisses végétales hydrogénées et tant d’autres peuvent être dangereuses pour la santé des carnivores.

 

Notre conviction : nous intéresser à la qualité des ingrédients

C’est l’un des enseignements que nous tirons du BARF et du régime crétois : des ingrédients frais font toute la différence. Ce n’était qu’une conviction basée sur l’expérience il y a encore quelques mois. C’est maintenant prouvé par la science* !

Dans des croquettes à base d’ingrédients frais, 95% des protéines sont utilisables par l’organisme. Pour celles à base de viande déshydratée, c’est seulement 61% !

Dans des croquettes à base d’ingrédients frais, vous trouverez 150% de plus d’Omega 3 et Omega 6 que dans celles à base de viande déshydratée !

C’est donc entre 1,5 et 2 fois plus d’énergie pour votre chien ou votre chat, dans le même poids de croquettes !

Tout ce qu’il vous reste donc à faire, c’est de trouver la quantité adéquate pour la taille, le poids et l’activité physique de votre animal. Ainsi, plein d’énergie et plus jamais de surpoids, le tout sans régime !

C’est pourquoi tous nos aliments pour chien et pour chat conviennent à tous les âges, toutes les tailles, et toutes les races. On peut maintenant ajouter : à toutes les morphologies !

*Benefits of using freshly prepared meat in dry pet food by utilizing novel meat processing and extrusion technologies, Aboubakry Diallo PhD, University of Nottingham, 2015

Bergamote approche de ses 15 ans. Comme tous les chats de cet âge, elle avait perdu de son tonus. Après quelques mois d’Atavik, découvrez comment elle a retrouvé toute sa vitalité ! C’est Claudine, sa propriétaire, qui nous en parle le mieux.

Bonjour Claudine, parlez-nous de Bergamote.

Bergamote est une petite chatte de gouttière. Moitié siamoise, elle a toujours eu un beau port de tête et une attitude fière. Et surtout un très sale caractère ! Jeune, elle s’est beaucoup bagarrée et était une bonne chasseuse. Elle nous a ramené beaucoup de merles et de moineaux !

Mais depuis quelques années, elle vieillissait. Elle commence à avoir un certain âge. Dormant de plus en plus, et ne sortait quasiment plus jamais. Elle a quand même presque 15 ans ! Bergamote faisait un petit tour le matin, d’à peine une demie-heure. Puis elle ne descendait manger que le midi, et je ne la revoyais plus jusqu’à l’heure du coucher. Même sa promenade du soir devenait occasionnelle.

 

Puis vous l’avez passée à Atavik…

Oui, même si ça n’a pas été facile au début ! Bergamote est très difficile. Il faut dire qu’avec moi, elle ne manque de rien, et je lui passe tous ses caprices. Donc elle pouvait faire la difficile, elle savait qu’elle finirait par avoir ce qu’elle voulait. En plus, ça n’est pas à son âge qu’on change. Mais une fois, j’ai insisté, et j’ai tenu bon. Et je ne le regrette pas !

Comme ses gencives n’étaient plus très solides, j’ai mouillé ses croquettes au poulet. J’ai aussi dû ajouter un peu d’eau dans sa pâtée, et elle apprécie beaucoup cette espèce de soupe. Ensuite, en un mois, elle s’est transformée !

 

Quels ont été les changements les plus notables ?

Depuis peu, elle chasse à nouveau. Elle m’a ramené un oiseau il y a encore quelques jours. Ensuite, même si ça ne devrait pas être un sujet réjouissant, elle se bagarre.

Bergamote a toujours été très territoriale, et ce malgré son petit gabarit. Même quand elle ne pesait que 3kg, elle a toujours âprement défendu son territoire. Quand on la caresse, on sent toutes les cicatrices qu’elle a sur le dos et les flancs. Malgré ma surveillance, je n’ai jamais pu l’empêcher de foncer dans des matous parfois trois fois plus gros qu’elle. Et même quand elle perdait, on ne revoyait plus l’autre chat à moins de 50 mètres de la maison !

Mais avec l’âge, le territoire s’est peu à peu réduit. Elle a fini par tolérer des chats qui venaient se pavaner sur le paillasson. Et on voyait que ça la rendait triste. Mais là, je l’ai vu courir derrière un petit jeune pour le chasser, encore hier !

 

C’est impressionnant ! Et à part le tonus qui lui est revenu, quels sont les autres changements ?

Elle a aussi un poil beaucoup plus beau. Et surtout, elle n’a plus de gingivite. Du coup, je n’ai plus besoin de lui mouiller ses croquettes. En revanche, elle dévore toujours ses pâtées avec un peu d’eau !

 

Merci pour ce témoignage. Nous souhaitons encore longue vie à Bergamote !