fbpx

Actualités

Actualités > Santé

Protéines, cendres… au secours, quel est le bon taux ?

On nous pose régulièrement des questions au sujet des taux de protéines, matières grasses, cendres brutes (matières minérales), ou encore calcium, phosphore, etc. Qu’il s’agisse de nos croquettes sans céréales ou de celles d’autres marques. La législation sur l’étiquetage oblige les marques à détailler l’analyse moyenne de leurs produits. Mais le consommateur est bien souvent perdu face à ces informations.

Bien se renseigner en ligne

Il n’est pas non plus aidé en cela par le « réflexe internet« , notamment quand il choisit de poser des questions pointues sur des forums de discussion ou des groupes Facebook consacrés à une race ou aux questions de santé et d’alimentation. Ces espaces de discussions ont de nombreux mérites, mais ils ont des limites également. Notamment, le fait que beaucoup d’intervenants y sont anonymes. Il est souvent difficile de savoir si une personne qui répond à votre question est réellement compétente ou expérimentée en la matière.

Beaucoup ne font que colporter ce qu’ils ont lu sur d’autres pages aussi mal renseignées. Ce n’est pas parce qu’un utilisateur de forum a un profil « 5 étoiles » avec 5000 messages postés, qu’il est forcément qualifié sur tous les sujets. Sans compter que le cas de l’un n’est pas forcément le cas d’un autre. Dans le domaine humain, les médecins généralistes le savent bien. Ils voient défiler chaque semaine dans leur cabinet des migraineux persuadés d’avoir une tumeur cérébrale parce que « PetiteFleurDu62 », qui a 8000 messages à son actif sur Doctissimo, leur a certifié qu’ils en ont tous les symptômes.

Identifier la légitimité de celui qui parle

On lit ainsi tout et son contraire sur ce type de support, et le consommateur perplexe reste avec ses questions. Souvent même, il en ressort avec plus de questions au final qu’il n’en avait au début.

La question des taux est souvent un exemple typique dans ce domaine : pas une semaine ne passe sans que nous n’entendions de préjugés ou d’avis à l’emporte-pièce sur tel type de produit ou telle marque qui contiendrait « trop de protéines et ce n’est pas bon pour les reins », ou « trop de cendres et ce n’est pas bon non plus », ou un commentaire négatif sur un taux de phosphore ou de calcium « trop élevé », quand ce n’est pas tout ça à la fois. Et c’est invariablement « j’ai lu sur internet que… », « on m’a dit que… », « il paraît que… »

Écouter les professionnels

On peut citer le Dr Vétérinaire Doug Knueven, auteur de nombreuses publications sur le sujet de l’alimentation animale, qui estime que « le fait que l’on connaisse les quantités minimales et maximales de nutriments dont les chiens « normaux » ont besoin, est un mythe très répandu. La plupart de ces quantités sont inconnues. On essaye juste d’éviter les carences et les excès. »

Le Dr Vétérinaire Donald Strombeck, professeur émérite à l’Université de Californie, affirme quant à lui que “Personne ne sait comment formuler de manière précise une ration alimentaire qui contiendrait la dose optimale de nutriments. La dose nécessaire de n’importe quel nutriment est plus une question de fourchette optimale  que de chiffre précis. »

Le Dr Vétérinaire David Dzanis, de l’illustre FDA américaine, indique par ailleurs que « la preuve certaine qu’un produit est adéquat sur le plan nutritionnel, pour tous les animaux dans toutes les circonstances, est impossible à apporter. »

Les taux au naturel

Bref, alors que certains affirment ici ou là de manière radicale qu’une croquette pour chien ou chat ne doit pas contenir plus de tel ou tel ingrédient ou composant, des spécialistes reconnus sont avant tout certains… qu’on n’est pas certain de grand chose. Un partout, balle au centre.

Il peut être utile dès lors, de revenir au principe de Saint Thomas, et de croire avant tout ce qu’on voit. En d’autres termes, revenir à un certain bon sens et à l’observation de choses simples. Et si l’on se penchait sur les principaux taux de quelques proies des canidés et félins à l’état naturel ?

Le chat chasse volontiers les souris ou les oiseaux quand l’occasion se présente. Il est donc capable de s’en nourrir. Le chien jette facilement son dévolu sur un poulet, un lapin ou une caille, par exemple. Nourris à ce régime depuis la nuit des temps, les canidés comme les félins ont très bien traversé les âges. Par ailleurs, des millions de chiens et chats dans le monde sont nourris au BARF, et reçoivent pour toute alimentation quotidienne l’équivalent de ces proies entières, sans présenter le moindre souci bien au contraire.

Avoir les vrais chiffres !

Alors, qu’est-ce qu’on trouve dans ces fameuses proies vers lesquelles tous leurs instincts les poussent ?

ND = donnée non disponible

source : Nutrient composition of whole vertebrate prey fed in zoos, E. Dierenfeld, H. Alcorn & K. Jacobsen, Mai 2002

Aïe ! Les chiens et chats BARFeurs, par exemple, devraient donc tous avoir les reins détruits avec de tels taux de protéines ou de calcium ! Et que dire de ces taux de cendres qui vont de 9,4 à 15% ? Et pourtant si les ancêtres de votre animal favori ont existé, c’est avec ce type d’alimentation avant tout.

La nature, en général, fait plutôt bien les choses. Il y aurait donc lieu, de temps en temps, de lever le nez des grandes théories sur les taux de ci ou de ça, et d’en revenir à un certain bon sens élémentaire… ou alimentaire. L’évidence est sous nos yeux chaque jour.