Actualités

Actualités > Recettes

Les coulisses des analyses de croquettes

On nous a posé récemment une question : pourquoi ne faites-vous pas faire des analyses dans un laboratoire indépendant de chacun de vos produits pour les afficher sur vos emballages ? Cela va nous permettre de vous emmener dans les coulisses des analyses de produits.

Une analyse ne peut concerner qu’un échantillon de quelques grammes sur un lot de plusieurs tonnes

Des analyses seraient d’abord destinées aux gens qui pensent qu’une analyse menée sur un sac issu d’un lot de fabrication serait la garantie absolue que les centaines de sacs du même lot ont les mêmes valeurs que l’échantillon. Malheureusement ce n’est pas le cas. La qualité de la fabrication, le brassage des ingrédients, les conditions d’emballage du lot, les conditions de transport et de stockage, pour ne citer que quelques étapes, sont toutes susceptibles de faire varier les valeurs analysées au sein d’un même lot.

Les 3 analyses auxquelles nous procédons chez Atavik

Contrôle qualité

Tout d’abord, le contrôle qualité s’effectue en fin de chaque production, dans les ateliers de fabrication. Ce contrôle prévoit l’analyse des teneurs en protéines, matières grasses, etc. Il est réalisé afin de vérifier que les résultats sont conformes à ce qui a été demandé. On prélève d’abord des échantillons de chaque lot fabriqué. Puis on les conserve pendant toute la durée de vie du produit afin de servir de point de comparaison en cas d’analyse ultérieure.

Ceci fait partie du plan HACCP, identique à celui que l’on rencontre dans l’agro-alimentaire humaine. Ceci s’accomplit enfin chez tous nos partenaires de fabrication.

L’application du plan HACCP est vérifiée chaque année par les autorités administratives de chaque pays, qui renouvelle ou non la certification qualité aux sites de production. Nous avons toute confiance en nos partenaires et en les autorités de chaque pays concerné. Certificats à jour à l’appui.

Cependant la confiance n’exclut pas le contrôle.

Nos propres contrôles indépendants et aléatoires

C’est pourquoi nous menons nos propres contrôles aléatoires. A titre d’exemple, vous trouverez ici deux résultats d’analyse réalisées. Nous les avons faites réaliser en décembre sur deux recettes de croquettes, par un laboratoire indépendant et agréé par l’Etat.

Ces analyses concernent chacune un sac de 2kg ou 2,5kg prélevé aléatoirement dans le stock.

Les résultats sont communiqués à nos partenaires de fabrication pour comparaison.

Ainsi nos partenaires de fabrication savent que nous sommes susceptibles de mener des analyses aléatoires n’importe quand en cours d’année. Ils ne peuvent jamais savoir à l’avance de quel lot sera issu l’échantillon, ni quelle recette. C’est un peu le principe de l’interro surprise. C’est de notre point de vue une très bonne façon de contribuer à ce qu’ils demeurent sérieux toute l’année dans leur travail.

Les analyses 2017 pour les croquettes pour chien Atavik Poulet

Les analyses 2017 pour les croquettes pour chien Atavik Buffle-Maquereau

Les contrôles aléatoires de l’Etat

Enfin, la DGCCRF française mène régulièrement des contrôles dans le cadre de campagnes départementales, régionales ou nationales.

Elle est aussi susceptible de vérifier la présence de plan HACCP chez nous, afin de s’assurer que nous travaillons avec des partenaires de fabrication sérieux et que nous sommes munis d’une méthode de traçabilité de ce que nous commercialisons. C’est la moindre des choses. La DGCCRF a déjà procédé à des analyses aléatoires de nos boîtes et croquettes. Avec à chaque fois, des résultats parfaitement conformes.

Les analyses permanentes impliqueraient une montée des prix

Mais allons plus loin dans le détail de ce que supposerait une analyse systématique dans chaque lot de chaque recette :

Environ 300 euros par analyse.

Entre 6 et 12 lots de fabrication par recette chaque année. Faisons donc une moyenne à 9.

En moyenne 3 conditionnements différents pour chaque croquette et boîte.

10 recettes de croquettes aujourd’hui chez Atavik.

9 boîtes pour chat, 6 boîtes pour chien à l’heure actuelle, soit 15 recettes différentes.

300 euros x 9 lots x 3 conditionnements x 10 croquettes = 81 000 € par an d’analyses pour les croquettes.

300 euros x 9 lots x 3 conditionnements x 15 boîtes = 121 500 € par an d’analyses pour les boîtes.

Soit environ 200 000 € de budget annuel rien que pour ces analyses. Sachant que comme indiqué précédemment, le résultat d’un échantillon n’est en rien une garantie à 100% que l’ensemble du lot possède exactement les mêmes caractéristiques.

Contrairement à ce qu’on nous suggère parfois nous n’aurions même pas le droit d’indiquer sur les emballages que le lot a été analysé puisqu’il s’agirait d’un simple échantillon.

200.000€, pour une petite entreprise, c’est une somme

Sachant qu’on aurait toujours une âme charitable quelque part pour mettre en cause la probité du laboratoire, réclamer des huissiers de justice (puis des huissiers contrôlant ces huissiers ?), ceci malgré 200.000€ de dépenses engagées. C’est sans fin.

A ce compte, la marque fait faillite dans un an et disparaît tout simplement du marché. Ou alors nous répercutons ce coût sur le prix que vous payez : il faudrait augmenter d’environ 1€50 le prix au kilo de nos aliments pour compenser. Ou encore, 200.000€ représentant 6 emplois, on peut aussi trouver cette somme en mettant à la porte 6 personnes. Ne comptez plus dans ce cas avoir des réponses à vos questions aussi rapidement ! Ou enfin, on monte une cagnotte Leetchi et on répercute les coûts uniquement sur les gens obsédés par les taux et qui pensent qu’une question complexe peut avoir une réponse simple.

Les analyses systématiques nous exposeraient également à l’illégalité

Nous aurions ensuite des consommateurs exigeant un sac de tel lot plutôt que tel autre, au motif que telle analyse montrerait 0,5% de protéines en plus dans celui-ci par rapport à celui-là. Ceci sera concrètement ingérable en terme logistique. Ce serait en outre strictement interdit par les autorités qui exigent de nous, comme de tout acteur de l’agro-alimentaire, une gestion FIFO (First In First Out) : celle-ci nous impose d’écouler le stock dans son ordre de fabrication. Ceci est parfaitement normal et en tant que consommateurs de produits alimentaires nous devrions tous nous en réjouir car c’est notamment ce qui garantit la sécurité alimentaire !

Pour avoir voulu donner une preuve de bonne foi aux sceptiques, alors qu’il ne s’agirait même pas d’une preuve à 100%… et alors même que nous disposons de milliers d’avis clients indépendants, de 6 ans de recul sur les produits, de dizaines de cliniques vétérinaires partenaires, que vous pouvez sur le site marchand A Fond Les Gamelles interpeler directement les consommateurs de nos produits et leur demander ce qu’ils en pensent, que la DGCCRF fait des contrôles aléatoires régulièrement, que nous en faisons aussi, et que chaque site de fabrication en fait également.

Encore mieux qu’une analyse (dont la probité peut toujours être remise en cause, on en parle ci-dessous !), il y a avant tout des milliers d’avis clients concernant Atavik, recueillis depuis 5 ans.

Nos vrais points de référence

Les avis de nos clients

Ces avis sont collectés de manière 100% indépendantes par une société certifiée par l’AFNOR. Tous les détails ici.

La note moyenne des produits Atavik par nos clients est de 4.6904/5. Cette moyenne est constituée de 4757 avis récoltés.

Toujours mieux qu’une analyse, il y a donc tout simplement les résultats obtenus.

Allons au bout de la logique. Les personnes qui réclament des analyses le font parce qu’elles doutent de bien trouver dans nos produits ce que nous affirmons s’y trouver.

La première question qui vient à l’esprit est : nos clients auraient-ils les résultats qu’ils ont avec nos recettes si ces dernières n’étaient pas composées comme nous l’affirmons ? Aurions-nous en clientèle des milliers de victimes d’hallucinations collectives qui croiraient voir un résultat alors qu’il n’y en aurait pas ?

La santé de nos propres animaux

Nos propres animaux consomment nos recettes tous les jours, pour certains depuis 6 ans. Leurs portraits et leurs activités sont largement partagés sur nos réseaux sociaux. Je vous invite si ce n’est pas déjà fait à aller voir la page Facebook de Red d’Atavik, mon propre chiot de 6 mois.

La liste de témoignages santé et de preuves obtenues en expositions, concours de travail et reproduction par nos clients donnerait de la lecture à quiconque pendant plusieurs heures.

Dans quel état seraient nos animaux et ceux de nos clients si nos recettes n’étaient pas ce que nous affirmons ? Sans compter qu’il s’agirait purement et simplement d’escroquerie. Je vous confirme que nous n’avons pas créé notre entreprise en y adossant la subsistance de toutes nos familles, sur la base d’une escroquerie.

A un moment donné, il y a un juste milieu à trouver pour déterminer la dose raisonnable de contrôles. De notre point de vue, Atavik fait partie des très bons élèves en matière de transparence, preuves et résultats.

Se démarquer des concurrents ? A priori ce qui précède explique clairement pourquoi personne ne fait d’analyse systématique de chaque produit de chaque lot. C’est juste inenvisageable pour une petite marque.

Trop demander aux petites marques, c’est favoriser les grandes marques

D’ailleurs, à réclamer ces analyses à cor et à cri, on aboutira un jour à ce que seuls les mastodontes du marché subsistent, car eux seuls ont les moyens de ces analyses systématiques. C’est par la même logique qu’on a contribué à la mort des petits commerces et à celle des restaurateurs indépendants, à force d’imposer des normes invraisemblables que seules les grosses chaînes ont les moyens de respecter.

Voilà, nous espérons avoir été assez complets sur le sujet afin de vous faire entrevoir les tenants et aboutissants de votre suggestion. En apparence, surtout vues depuis la fenêtre d’un groupe Facebook ou d’un forum, c’est toujours super simple : « il n’y aurait qu’à faire ci ». Et comme c’est soi-disant tout simple, si on ne le fait pas c’est qu’on « cache quelque chose ». Le complotisme est dans l’air du temps. Il est parfois basé sur des questions légitimes et posées de bonne foi. Il est par contre largement favorisé par l’ignorance des réalités réglementaires, techniques, etc. Autrement dit, moins on en sait sur un sujet, plus on est amené à dire de bêtises. Alors qu’il suffit de nous poser la question, ici-même, comme vous l’avez fait. Comme vous le voyez, on répond !