Actualités

Actualités > Petits

La vaccination du chiot

Les maladies se propagent mieux dans un groupe de chiots. Surtout s’ils sont tous frères et sœurs, avec les mêmes anticorps et des gènes très similaires. Certaines maladies se glissent donc dans les élevages, au grand dam des éleveurs eux-mêmes. Heureusement, un vaccin existe pour certaines affections.

Le trou immunitaire

Malgré toutes les précautions prises, parfois, une maladie envahit un élevage canin. Et le travail des éleveurs est compliqué par une spécificité des chiots : le trou immunitaire.

Durant leurs premières semaines de vie, les chiots sont protégés par le colostrum. Le colostrum est un concentré d’anticorps qui tient lieu de lait maternel durant les 24 à 72 premières heures de lactation. Ensuite, le colostrum devient du lait maternel. Lors de cette période critique, le chiot obtient son immunité, donc sa protection contre les maladies, pour les semaines suivantes.

La qualité du colostrum dépend de la santé de la chienne lactescente, et de la qualité de son alimentation. Un bon colostrum est fait pour immuniser 8 semaines le chiot. Malheureusement, le chiot ne développe son système immunitaire seul qu’à partir du troisième mois. Cette période entre la fin de l’efficacité du colostrum et le début du troisième mois s’appelle le trou immunitaire.

C’est pourquoi on n’est jamais à l’abri d’un chiot malade. En effet, dans un élevage, les animaux sont assez nombreux, et le moindre virus se propage facilement à toute une fratrie durant le trou immunitaire. Seulement, certaines maladies sont plus problématiques que d’autres.

Les vaccins obligatoires

Certaines maladies sont réglementées au niveau international. C’est le cas de la rage. C’est pourquoi, si vous voyagez avec votre animal, vous devez faire vacciner votre chien contre la rage, avec un délai de trois semaines entre la vaccination et le départ. La vaccination antirabique est en effet obligatoire pour entrer dans certains pays du globe.

Les vices rédhibitoires

Un éleveur est tenu de vendre des chiens en bonne santé. Trois maladies contagieuses des chiens sont particulièrement concernées par cette mesure légale.

Vices rédhibitoires avec vaccin existant

La maladie de Carré

La maladie de Carré est une maladie virale très contagieuse. Parfois appelée maladie du jeune chiot, elle est causée par un paramyxovirus. Les symptômes en sont très variés et touchent de nombreux organes : conjonctivite, toux, écoulement nasal, diarrhée, vomissements, fièvre, voire éruptions cutanées.

La maladie de Carré est particulièrement courante en élevage. Heureusement, un vaccin très efficace existe. L’éleveur peut se charger de le procurer dès 7 semaines.

L’hépatite de Rubarth

L’hépatite de Rubarth est une maladie infectieuse du foie. Elle est causée par un adénovirus qui survit très bien dans le milieu extérieur. Les puces constituent un facteur de transmission particulièrement efficace.

Plusieurs formes peuvent être adoptées par l’hépatite de Rubarth, de la douleur abdominale forte pour la forme suraiguë, à la jaunisse, l’uvéite ou la cirrhose pour la forme chronique. Heureusement, le vaccin est encore une fois très efficace, dès 7 semaines.

 

La parvovirose canine

La parvovirose, ou gastro-entérite hémorragique,  est une affection virale particulièrement contagieuse. Touchant surtout les chiots, elle est souvent mortelle pour eux. La diarrhée hémorragique en est le symptôme principal, avec de la fièvre et parfois des vomissements.

La parvovirose canine, par sa virulence, apparaît donc fréquemment en élevage. Heureusement, un vaccin existe. Il est très efficace, et administrable dès la 8ème semaine.

 

Vices sans rédhibition avec vaccin existant

La toux du chenil

La toux du chenil, également nommée trachéo-bronchite infectieuse, est une maladie virale et bactérienne. Elle affecte en particulier les chiens jeunes et peut se compliquer en bronchopneumonie, mortelle pour les chiots.

Les symptômes se repèrent facilement : fièvre et toux sèche, accompagnée parfois de conjonctivite. Si la fièvre augmente et que la toux se fait grasse, la maladie vire en bronchopneumonie.

Heureusement, le vaccin contre la toux du chenil fait partie des plus efficaces. S’il ne prévient pas tous les cas, il amoindrit considérablement la gravité de l’affection à tous les coups. En revanche, il n’est pas obligatoire et ne fait pas toujours partie des vaccins réalisés par un éleveur. La toux du chenil ne faisant pas partie des vices rédhibitoires, il est sans conséquence contractuelle pour un éleveur de ne pas l’inclure à la liste prophylactique. Il n’en demeure pas moins l’un des vaccins les plus utiles pour la santé du chiot et des chiens déjà présents chez vous.

 

Les autres affections que l’on trouve en élevage

La gale des oreilles

La gale des oreilles, ou gale otodectique, est une contamination parasitaire courante chez les chiots vivant en collectivité. Les acariens responsables de la gale auriculaire creusent des galeries microscopiques dans la peau de l’oreille pour y pondre leurs œufs. Ces parasites causent des démangeaisons et une suppuration noirâtre.

Si elle est prise à temps, la gale des oreilles ou otacariose se traite très bien. Trois semaines de pommade viendra à bout de tous les parasites. Cela n’en reste pas moins une maladie fréquente en élevage canin.

Si vous décidez de recourir à un éleveur, la première visite vous indiquera si des chiots souffrent des symptômes précédemment décrits. De même, la liste des vaccins vous informera : ne contient-elle que les vaccins évitant les vices rédhibitoires ou aussi ceux qui montrent une préoccupation pour le bien-être du chiot ?

Quelques bases de données fiables sont disponibles pour trouver les éleveurs de qualité. Le club de chaque race peut vous fournir la liste des éleveurs agréés, ainsi que les portées disponibles. Atavik dispose également de sa propre base d’éleveurs triés sur le volet.