fbpx

Actualités

Actualités > Santé

7 choses que votre chat vous dit et que vous ne comprenez pas

Chaque comportement d’un chat a une signification. Mais l’Homme et le chat n’ont pas les mêmes modes d’expression. Découvrez notre petit dictionnaire félin-humain !

Ça, c’est ma bouffe, alors je gratte autour

Un chat, dans la nature, enterre ses proies. Mais c’est loin du rite funéraire humain ! Il commence par chasser puis jouer avec sa nourriture jusqu’à ce que mort s’ensuive. Ensuite il creuse la terre meuble, et y laisse la viande de sa proie. Puis il déterre l’aliment de son garde-manger 8 à 10 fois par jour pour en prélever une ou deux bouchées, et recouvre le reste de terre.

C’est pourquoi la forme la plus adaptée de nourriture pour chats, ce sont les morceaux. Les chats apprécient les textures émincées avec de grosses bouchées, pour s’en délecter comme leurs cousins déchiquètent de gros morceaux de cuisse de gazelle.

Le grattage de la terre, dans le cas des garde-manger félins, a deux utilités. D’abord, il recouvre la viande, qui se faisande plus vite, et devient donc plus digeste. Ensuite, il laisse l’odeur du chat propriétaire du garde-manger sur les lieux. En effet, le dessous des pattes du chat sécrète massivement des phéromones, et chaque chat a sa signature olfactive. Si un chat rival pénètre sur son territoire et trouve le garde-manger, ce dernier peut savoir à l’odeur qu’il n’a rien à faire là. S’il s’empare quand même de la proie qui ne lui appartient pas, il laisse ses propres phéromones sur les lieux du délit, et le légitime propriétaire pourra le reconnaître plus tard, et déclencher une bagarre.

 

Ma nourriture ne me convient pas

Le comportement du chat peut aussi parfois parler de ce qu’il a dans la gamelle. Un chat qui se met soudainement à chasser après un changement d’alimentation peut être un bon indicateur. Tout dépend de ce qu’il fait de la proie. N’oubliez pas que le chat pensera d’abord à lui, puis à vous.

S’il rapporte la proie entière, il n’a donc pas faim ni ne ressent de carence. La proie entière est donc une marque de condescendance envers vous. Peut-être n’aime-t-il pas ce que vous mangez !

S’il rapporte une proie à moitié mangée, qui a passé quelques temps enterrée, mais qui comporte encore les parties les plus charnues (cuisses, thorax, etc), cela peut suggérer qu’il n’a pas tout ce qu’il faut à la maison et vous demande de prendre des mesures pour assainir la situation.

S’il rapporte une partie non-comestible, il s’agit souvent d’un trophée : récompensez-le ! Enfin, si votre chat rapporte des proies vivantes dans la maison, c’est soit qu’il n’a pas fini son apprentissage avec sa mère jusqu’à la mise à mort, soit qu’il cherche à manifester son ennui en apportant du divertissement dans la maison.

Ça, c’est dans la nature. Mais ça marche aussi dans votre maison ! Ainsi, si votre chat n’avale pas toute sa gamelle d’un coup, qu’il a bien aimé son repas et souhaite le retrouver intact en revenant, il va gratter autour de sa gamelle. Il reproduit ainsi son comportement atavique de dépôt phéromonal.

 

Des aliments qui conviennent au carnivore en votre chat

Il y a un comportement atavique dans ma litière

C’est ce même comportement de grattage qui pousse les chats à gratter dans leur litière. Dans la nature, la litière est le centre du territoire d’un chat. Comme les déjections d’un chat sentent fort, tout ce qui se trouve dans l’empreinte olfactive des déjections fait partie du territoire. La majorité de cette empreinte est bien entendu phéromonale : elle n’est pas perceptible au nez humain. C’est pourquoi une zone de déjections suffit en général pour une territoire d’un kilomètre carré.

Lorsque le chat sauvage est très puissant et que son territoire dépasse cette surface, il doit multiplier les zones de déjection. Il parcourt donc le périmètre de sa zone en déféquant régulièrement pour augmenter la limite olfactive de sa zone.

C’est pareil chez vous. Si vous placez la litière du chat à une extrémité de votre maison, et qu’il a un fort caractère, les chances sont grandes qu’il aille faire ses besoins sur un tapis ou un lit à l’autre bout.

Il faut donc placer le bac à litière à un endroit stratégique : dans une position centrale du territoire.

Et on bouge la litière

Si votre chat n’utilise toujours pas son bac à litière, c’est peut-être qu’il ne s’y sent pas en sécurité. Faire ses besoins est un moment de vulnérabilité pour le félin : vu la position, on peut difficilement fuir le danger. Si la litière est fermée, dans un lieu de passage ou à côté d’un objet bruyant et imprévisible pour un chat (comme la machine à laver), il ne sera jamais serein dans sa litière.

On revoit donc sa copie : endroit stratégique et central, mais silencieux, calme et découvert.

Et on rebouge la litière

Enfin, comme autour de sa gamelle, le chat marque sa litière avec des phéromones. C’est pourquoi il gratte pour enfouir ses déjections, voire gratte le pourtour du bac pour dire qu’ici, c’est son cabinet de toilette. Les chats adoptant ce comportement ont d’ailleurs le plus souvent le plus grand mal à partager une litière.

Du coup, à chacun de vos nettoyages, tout est à refaire en terme olfactif. Quand vous comprenez que la litière est un lieu de communication, vous cessez de la nettoyer 3 fois par jour. Ramasser les déjections du bac à litière une fois par jour est amplement suffisant. Et surtout, évitez les parfums artificiels et les nettoyants à l’odeur trop forte lors du lavage intégral du bac. Eau bouillante et mélange de bicarbonate de soude et de vinaigre blanc sont amplement suffisants.

Plus vous perturberez les messages du bac à litière, plus il devra crier olfactivement pour se faire comprendre : urines plus concentrées, déjections plus fréquentes et plus odorantes. Voire, il aura envie de choisir un autre lieu pour faire ses besoins.

Ici, c’est chez moi

Car le chat est territorial, si vous ne l’aviez pas encore compris. Un chien a un maître ; un chat partage son territoire avec un humain. Un chat qui n’est pas compris ou respecté par son humain peut parfaitement aller vivre ailleurs.

C’est pourquoi le chat vous marque comme faisant partie de son territoire. Lorsque vous rentrez chez vous tout imprégné des odeurs du dehors, la première chose que fait votre chat, c’est déposer son odeur sur vos jambes. D’abord le coin de la babine, puis le corps, et enfin une aspersion de phéromones depuis ses glandes anales.

C’est également cette logique qui s’applique lorsque votre chat fait ses griffes sur les surfaces verticales de votre logement. Outre la sortie des griffes et l’extension des pattes avant qui détend, comme un humain est détendu après un étirement, votre chat laisse ses phéromones en faisant ses griffes. Interdire ce comportement, c’est dire au chat qu’il n’est pas chez lui. C’est pourquoi le griffoir fait partie des rares éléments essentiels pour toute maison féline. Un centre olfactif de délimitation du territoire principal avec la zone de déjections (litière à l’intérieur ou espace réservé au fond du jardin) ; un autre avec le griffoir. Deux éléments indispensables au chat épanoui.

 

Je ne me sens pas en sécurité

Un troisième élément très important au chat pour s’approprier un lieu : des perchoirs. Les chats se sentent en sécurité en hauteur. Leur tempérament de chasseur aime se trouver en position surélevée par rapport à une proie. Ensuite, leur tempérament de petit carnivore qui a des prédateurs aime les voir éventuellement arriver.

En laissant à votre chat des perchoirs et des niches accessibles dans chaque pièce autorisée de la maison (un coussin sur une armoire, une couverture sur une mezzanine, un simple carton en haut d’un meuble, etc), vous risquez de le voir devenir moins craintif envers les amis qui passent à la maison et plus tolérant envers les autres animaux du foyer.

Par exemple, lorsque vous avez de la visite, il faut prendre le temps de présenter le visiteur. Voyez si votre animal l’accepte ou s’il le considère comme un intrus. Pour voir si un chat accepte un étranger, qu’il tende simplement la main ou le doigt à distance. Si votre chat vient frotter ses commissures labiales à la main, il se sent en confiance avec la personne.

Tu es ma maman, mais arrête de me caresser

On l’a vu, les chats ont un odorat très sensible. Mais le toucher représente aussi un sens développé et marquant les relations sociales. La pratique qui regroupe le plus ces deux sens, c’est le pétrissage.

Le pétrissage est l’un des mouvements du chat qui remonte le plus loin dans son développement. Il s’agit en effet d’un réflexe atavique qui lui vient de la tétée. C’est à l’origine un mouvement qu’il exerçait sur le ventre de sa mère, pour stimuler ses mamelles et déclencher la lactation. Ne punissez donc jamais un chat qui vous pétrit, car il s’agit là d’une preuve de contentement extrême qui vous est destiné. C’est le moment des câlins !

À l’inverse, un chat qui vient sur vos genoux ou contre vous, n’a pas toujours besoin de caresses. Il a souvent juste besoin de votre chaleur corporelle. Si vous le caressez et qu’il se met à ronronner, le but était bien de se faire caresser. Sinon, il veut juste de la chaleur. Arrêtez les caresses ou il va vous faire brutalement arrêter !

Car un chat se lasse aussi. Les signes sont lisibles, qui anticipent un labourage de main à coups de griffes et de crocs. Un chat qui bat de la queue, dont les oreilles se rabattent, qui se lèche ou vous lèche la main risque de se rebiffer. Tous ces signes sont les signaux sociaux de la mise à distance pour le chat. Ne pas les respecter de votre part peut engendrer chez votre chat un sentiment d’incompréhension, voire d’injustice, si la personne qui n’a pas compris est en plus celle qui punit.

 

Je m’ennuie

Les jeux ne permettent pas seulement à votre chat de libérer son trop-plein d’énergie. Il s’agit également d’une forme d’éducation, et jouer est essentiel à son équilibre psychique. En effet, ils permettent aux chats d’entretenir certains mouvements, de développer leur habileté, et de pratiquer leur instinct de chasseur.

Si vous rentrez chez vous et que certains objets sont renversés, surtout pour les chats d’appartement,  c’est peut-être qu’un déficit de jeu dans son quotidien s’est extériorisé d’un coup. Une bonne heure de jeu avec une canne à pêche chaque jour, et votre chat vous attendra en dormant.

Si le comportement se reproduit, il peut s’agir d’une chasse à la mouche qui dégénère. Si c’est chronique, faites appel à un comportementaliste félin, qui identifiera rapidement le problème.

 

Divertir son chat avec des friandises