Actualités

Actualités > Santé

Humide pour chat : pourquoi aller contre la nature ? (2)

Face à ces arguments génétiques, biologiques et éthologiques en faveur de la nourriture humide ou humidifiée pour le chat, on lit souvent trois contre-arguments. Examinons-les plus en détail.

Mythe nº1 : Les croquettes obligent le chat à mâcher et servent de brosse à dents

Obliger un chat à mâcher est tout d’abord anti-naturel. Un chat ne mâche pas. Un chat déchiquète. Si un chat mâchait, il aurait des molaires. Or, il n’a que des carnassières.
Le mot « molaire » vient de la même racine que le mot « moudre » et « moulin ». Une molaire est donc une dent à peu près plate qui moud les aliments. Les carnassières ne sont pas de cette forme. Elles sont pointues et irrégulières, et sont effectives lorsque le carnivore tire vers l’arrière pour arracher le morceau de viande.

La forme des carnassières et des précarnassières d’un chat lui sert à arracher de gros morceaux de viande et de cartilage. Il avale ensuite ces morceaux d’un bloc, et ils sont dissous par son estomac. C’est parce que les carnivores avalent de gros morceaux d’un coup que la concentration d’acides dans leur estomac est la plus forte du règne animal.
La dentition du chat n’est donc pas faite pour moudre des aliments. Elle est faite pour déchiqueter des proies. Les proies sont toujours fraîches, et sont donc considérées comme de la nourriture humide.

Les croquettes servent de brosse à dents

Dire que votre chat se brosse les dents lorsqu’il croque une croquette, c’est comme dire que vous vous brossez les dents quand vous mâchez une poignée de chips. Si tel est le cas, je ne souhaite pas vous parler de trop près et je plains votre dentiste !

Il n’y a rien qui ressemble moins à une brosse à dents qu’une croquette pour chat. Et c’est inhérent à la manière dont se forme la plaque dentaire, et donc le tartre et les caries. La plaque dentaire est composée de bactéries. Ces bactéries, près de 350 espèces, sont naturellement présentes dans toutes les bouches et gueules des mammifères. Et elles se nourrissent exclusivement de glucides.
Les bactéries en question transforment les glucides de la salive en polysaccharides, un glucide complexe. Ces polysaccharides forment ensuite un biofilm sur les dents. Sous ce biofilm, d’autres bactéries, présentes naturellement dans la gueule mais ne supportant pas l’oxygène contenu dans l’air, se retrouvent isolées et donc activées. Ce sont ces bactéries qui forment le tartre et les caries.

Pour les chats ayant tendance aux problèmes bucco-dentaires, il faut donc une alimentation pauvre en glucides. Et surtout, il faut retrouver les mouvements naturels de dissection et de rongement, dont l’action mécanique garde aux carnivores des crocs et des gencives saines depuis 35 millions d’années.

Ce crâne de tigre à dents de sabre de près de 200.000 ans énerve les dentistes !

Ni carie ni tartre sur ces crocs fossilisés d’un lointain cousin de votre matou ! Alors qu’il ne mangeait que de la nourriture humide, et bien fraîche…

Mythe nº2 : L’insuffisance rénale du chat est provoquée par une alimentation trop riche en protéines

Il est souvent dit, pour un chat ayant des problèmes de rein, de diminuer l’apport de protéines dans son alimentation. La raison semble logique : ce sont les protéines qui, dans le corps, dégagent de l’azote. Un fort niveau d’azote dans le sang n’est donc pas toléré par les reins.

Alors pourquoi vouloir diminuer la part des protéines dans l’alimentation alors que ce qui est en cause, c’est bien leur part dans le sang ? Le tube digestif du chat déciderait-il bizarrement de lui-même d’intoxiquer son propriétaire ? N’y a-t-il pas plutôt un moyen de baisser ce taux dans le sang ?

Si, il y en a un. Ce moyen, c’est l’eau.

Une étude clinique dans un cabinet vétérinaire a montré que 58% des chats examinés avaient une azotémie trop élévée. Et 7% des chats qui ont consulté sont arrivés sévèrement déshydratés.

Alors pourquoi ce défaut d’hydratation du chat ?

La réponse est hormonale.

La vasopressine est une hormone que sécrète le chat. Elle est globalement présente chez tous les mammifères, mais chez le chat, son rôle est particulier.

Pour les animaux et les humains, la vasopressine est antidiurétique. Elle sert en général à transmettre des ordres depuis le cerveau vers les reins. C’est la quantité de cette hormone dans notre corps qui permet de garder un niveau constant d’hydratation en régulant les mictions et en déclenchant la sensation de soif.

Malheureusement, chez le chat, il est prouvé par une étude de 2005 de l’université de Doklady que la vasopressine n’a pas un effet que sur les reins, le diamètre des vaisseaux sanguins et la soif, mais aussi sur la faim.

En clair, un chat déshydraté sécrète de la vasopressine. À ce moment, il va avoir soif et faim à la fois. Si ses deux gamelles (eau et nourriture) sont pleines, il y a de fortes chances qu’il aille manger au lieu de boire. Et le pire est que son estomac envoie alors un stimulus au cerveau, informant que l’hydratation a eu lieu, alors qu’il est toujours aussi déshydraté !

Si les félins sauvages ont survécu 35 millions d’années sans mourir de soif ni souffrir d’insuffisance rénale comme 6 chats domestiques sur 10 de plus de 10 ans, c’est parce que leur nourriture contenait, jusqu’à ces dernières années, entre 50 et 60% d’humidité.

Les croquettes sont vendues sèches, et donc composées d’humidité entre 5 et 10%. La viande fraîche est composée de 50 à 60% d’humidité. Si vous nourrissez votre chat avec des croquettes sèches et non-réhydratées, il risque donc la déshydratation.

C’est pour cela qu’un chien peut manger sa ration quotidienne en une fois, quand un chat a besoin d’un accès à la nourriture une fois par heure. Les chats ont toujours bu et mangé en même temps, grâce à la viande de leurs proies. Sans cela, et avec leur particularité concernant les récepteurs de vasopressine, il n’y aurait sans doute plus de félidés sur Terre à l’heure actuelle.

Comment faire boire son chat ?

S’il était aussi simple de faire boire un chat qu’un chien, personne n’aurait eu l’idée de leur inventer des fontaines à eau spécifiques.

Mais il y a beaucoup plus simple pour maintenir une bonne hydratation à son chat : la nourriture humide.

Avec de la nourriture humide, pâtée ou croquettes humidifiées, la moitié de l’aliment sert d’hydratant. L’autre moitié sert donc de source de nutriment.

C’est en même temps le boire et le manger.

Croquettes sèches contre croquettes humides

100g de croquettes, pour être correctement humidifiées, nécessitent entre 25 et 40cl d’eau. Leur poids passe de 100g à près de 500g. Mais il s’agit toujours de la même ration ! Vous verrez que, si vous le nourrissez une fois par jour avec des croquettes trempées dans 40cl d’eau durant 30 minutes, votre chat sera beaucoup plus vite repu, et finira sa gamelle tout au long de la journée et de la nuit.

Pour la bonne santé de votre chat, il faut donc mouiller les croquettes un peu avant de les donner. L’usage des croquettes est par conséquent un peu plus complexe qu’il n’y paraît !

Mythe nº 3 : Les marchands de nourriture pour animaux, en proposant une gamme humide, vous vendent de l’eau.

C’est tout à fait vrai. Il y a de l’eau dans la nourriture humide.
Mais si vous nous le reprochez, il faut aussi reprocher à votre maraîcher de ne pas lyophiliser vos carottes. Quand il les pèse au marché, 60% du poids que vous voyez, donc 60% du prix que vous payez, c’est aussi de l’eau.
De même, sermonnez votre boucher, car il n’a pas fait sécher votre joue de bœuf. Fraîche, elle est aussi constituée d’eau à 65%.

Ensuite, avec vos carottes lyophilisées et votre joue séchée, vous pouvez tenter la fameuse recette du bœuf bourguignon en poudre.
Vous constaterez à cette occasion que les nutriments de vos ingrédients en ont été dénaturés, sans eau pour maintenir l’hydratation des cellules. En conséquence, le goût en a été altéré aussi.
C’est exactement ce que vous infligez à votre chat, carnivore millénaire, en ne lui donnant que des croquettes.

Là, vous vous dites : Atavik, marchand de croquettes, qui dit du mal des croquettes, ce n’est pas normal.

Vous vous trompez.

Car Atavik n’est pas un « marchand de croquettes »

Atavik pense l’alimentation naturelle pour animaux comme un ensemble. Les croquettes font partie de cet ensemble sans en être l’alpha et l’omega. Une alimentation complète, comme chez l’humain, implique d’alterner les nutriments et les formes d’alimentation.

Les croquettes sont pratiques, et c’est ce que la majorité de nos clients nous demandent. Mais elles ont des défauts, détaillés ci-dessus. Et le plus important d’entre eux est de convaincre les maîtres qu’elles sont complètes. Aucune étude n’a, à ce jour, prouvé qu’elles suffisaient à tous les besoins d’un animal.

C’est pourquoi nous tenons toujours à notre amplitude de gamme. Des croquettes pour leur côté pratique. Plusieurs gammes humides de textures et de compositions différentes pour maintenir l’animal bien nourri, bien hydraté et se rapprocher de la proie naturelle. Des friandises utiles, tant par leur rôle dans l’éducation féline que pour celui sur la dentition de votre animal. Des compléments alimentaires pour des problématiques ciblées de peau, de digestion, d’articulations, etc.

Si c’est bon pour vous de ne pas manger tous les jours la même chose, c’est tout aussi bon pour votre chat.