Autres, Chat, Chien

Cendres brutes dans les croquettes : quel est le bon taux ?

16 mars 2021

On nous pose régulièrement des questions au sujet des taux de protéines, matières grasses, cendres brutes (matières minérales), ou encore calcium, phosphore, etc. Qu’il s’agisse de nos croquettes sans céréales ou de celles d’autres marques, la législation sur l’étiquetage oblige les marques à détailler l’analyse moyenne de leurs produits. Mais le consommateur est bien souvent perdu face à ces informations.

Pourquoi tant de gens veulent-ils connaître le taux de cendres brutes dans les croquettes ?

La raison principale est que le simple mot « cendres » inquiète : beaucoup de maîtres pensent que les fabricants de petfood mettent des cendres dans les croquettes pour les remplir à bas coût. Le mot cendres évoque le cendrier ou le bac à cendres sous le foyer de la cheminée.

L’autre raison que l’on rencontre souvent est que certains chiens et chats développent des calculs urinaires dans leur système urinaire, généralement au niveau des reins ou de la vessie. Or, ces calculs peuvent provenir d’une alimentation trop riche en cendres. Les maîtres sont donc à la recherche d’une alimentation présentant un taux de cendres correct pour l’animal.

Pourquoi les taux de cendres brutes posent-ils problème alors qu'ils sont indiqués sur les paquets ?

Une fois qu’il a trouvé le taux de cendres brutes des croquettes sur l’emballage ou la fiche produit, le maître reste cependant encore bien souvent perplexe.

La raison est simple : on entend tout et n’importe quoi au sujet des taux de cendres brutes dans les croquettes, notamment.

Avec le recul, on trouve deux raisons à cela :

  • les recherches sur internet aboutissent souvent à des pages dont les auteurs n’ont aucune compétence spécifique pour aborder le sujet : ni vétérinaires, ni nutritionnistes, ni au fait de comment se passe la fabrication d’une croquette, des différents types de matières premières disponibles, de comment l’on obtient ces matières, etc.
  • beaucoup de pages, podcasts, vidéos ou groupes Facebook sont le bras armé discret d’une marque qui a des produits à vendre. Par conséquent, heureux hasard, les informations et les conclusions données pointent toutes vers les produits de la marque. C’est du marketing de contenu. C’est d’autant plus facile et discret que beaucoup d’intervenants s’abritent derrière des pseudonymes, ou semblent proposer d’aborder les sujets sous l’angle de l’éducation et de la culture générale.

« Je vous déconseille de dépasser 9% » vous dit tel blogueur… alors que les professeurs de nutrition animale indiquent plutôt 10 % comme taux à ne pas dépasser. Peu de différence ? Mais comme le blogueur roule en fait pour une marque qui affiche 8,5 il déconseille évidemment de dépasser 9.

Beaucoup d’intervenants, même bien intentionnés, ne font que colporter ce qu’ils ont lu sur d’autres pages aussi mal renseignées ou aussi biaisées. Ce n’est pas parce qu’un utilisateur de forum a un profil « 5 étoiles » avec 5000 messages postés, qu’il est forcément qualifié sur tous les sujets. Il ne suffit pas non plus d’être administrateur d’un gros groupe Facebook, pour forcément être un expert.

Sans compter que le cas d’un animal n’est pas forcément le cas d’un autre. Il y a ce qu’on lit sur le net, et la réalité du cas particulier de son propre animal.

La question du taux de cendres brutes dans les croquettes laisse donc bien des maîtres perplexes.

Ce n’est d’ailleurs pas plus facile sur les autres taux de constituants analytiques. On voit tout autant de maîtres perdus devant les taux de protéines, les taux de calcium ou les taux de phosphore dans les croquettes.

Écouter les professionnels, en se rappelant que l'humilité doit être leur première qualité

Qui aujourd’hui n’arbore pas son logo « approuvé par des vétérinaires » ? Qui ne se vante pas d’avoir basé sa marque sur une collaboration avec le Dr Untel ? On a même vu il y a quelques années une marque mettre en avant sa collaboration avec un « Docteur »… dont le doctorat n’était ni en médecine vétérinaire, ni même en nutrition. A ce compte-là, suffirait-il de connaître un docteur en Droit ?

La réalité est que la FEDIAF (qui fédère à l’échelon européen les fabricants de petfood) a son code de bonnes pratiques, et que l’écrasante majorité des usines s’y réfère au moment de formuler des recettes. Attention, cela ne veut pas dire que toutes les croquettes se valent ! Mais par contre, elles sont toutes dans les fourchettes de taux légalement fixés par la législation sur l’alimentation animale.

Par ailleurs, les plus sérieuses font valider les recettes par des vétérinaires.

C’est ainsi que nos croquettes made in France, par exemple, sont toutes visées par un Professeur de l’école vétérinaire d’Alfort, agrégé en nutrition animale.

Mais au chapitre des vétérinaires et de l’alimentation animale, on peut citer le Dr Vétérinaire Doug Knueven, auteur de nombreuses publications sur le sujet de l’alimentation animale, qui estime que « le fait que l’on connaisse les quantités minimales et maximales de nutriments dont les chiens « normaux » ont besoin, est un mythe très répandu. La plupart de ces quantités sont inconnues. On essaye juste d’éviter les carences et les excès. »

Le Dr Vétérinaire Donald Strombeck, professeur émérite à l’Université de Californie, affirme quant à lui que “Personne ne sait comment formuler de manière précise une ration alimentaire qui contiendrait la dose optimale de nutriments. La dose nécessaire de n’importe quel nutriment est plus une question de fourchette optimale que de chiffre précis. »

Le Dr Vétérinaire David Dzanis, de l’illustre FDA américaine, indique par ailleurs que « la preuve certaine qu’un produit est adéquat sur le plan nutritionnel, pour tous les animaux dans toutes les circonstances, est impossible à apporter. »

Il devient vite évident qu’il y des bonnes pratiques généralement admises un peu partout, et que les bons professionnels les connaissent et les appliquent.

Mais qu’il reste aussi à avoir beaucoup de d’humilité et de pragmatisme face au cas particulier de tel ou tel chien ou chat. La capacité à douter est en principe, le propre du scientifique.

Les taux au naturel

Remettons les choses dans leur contexte : les cendres brutes représentent les molécules non combustibles. Aucun rapport donc avec les cendres d’une cigarette! Les cendres brutes sont en réalité essentielles dans l’alimentation des animaux, mais nous, humains, en consommons également tous les jours : calcium, phosphore, magnésium, fer ; autant de minéraux qu’on trouve dans les croquettes ou pâtées pour nos amis à 4 pattes!

Bref, alors que certains affirment ici ou là de manière radicale qu’une croquette pour chien ou chat ne doit pas contenir plus de tel ou tel ingrédient ou composant, des spécialistes reconnus sont avant tout certains… qu’on n’est pas certain de grand chose. Un partout, balle au centre.

Et si l’on se penchait sur les principaux taux de quelques proies des canidés et félins à l’état naturel ?

Le chat chasse volontiers les souris ou les oiseaux quand l’occasion se présente. Il est donc capable de s’en nourrir. Le chien jette facilement son dévolu sur un poulet, un lapin ou une caille, par exemple. Nourris à ce régime depuis la nuit des temps, les canidés comme les félins ont très bien traversé les âges. Par ailleurs, des millions de chiens et chats dans le monde sont nourris au BARF, et reçoivent pour toute alimentation quotidienne l’équivalent de ces proies entières, sans présenter le moindre souci, bien au contraire.

Avoir les vrais chiffres !

Alors, qu’est-ce qu’on trouve dans ces fameuses proies vers lesquelles tous leurs instincts les poussent ?

  • Souris
    Taux de protéines : 55,8%
    Taux de cendres : 11,8%
    Taux de calcium : 2,98%
    Taux de phosphore : 1,72%
  • Caille
    Taux de protéines : 71,5%
    Taux de cendres : 9,9%
    Taux de calcium : 3,43%
    Taux de phosphore : ND%
  • Poulet
    Taux de protéines : 42,3%
    Taux de cendres : 9,4%
    Taux de calcium : 2,22%
    Taux de phosphore : 1,40%
  • Lapin
    Taux de protéines : 74,4%
    Taux de cendres : 15%
    Taux de calcium : 5,93%
    Taux de phosphore : 3,43%
  • Biche
    Taux de protéines : 47,4%
    Taux de cendres : 11,4%
    Taux de calcium : 3,09%
    Taux de phosphore : 2,26%

source : Nutrient composition of whole vertebrate prey fed in zoos, E. Dierenfeld, H. Alcorn & K. Jacobsen, Mai 2002

Aïe ! Les chiens et chats BARFeurs, par exemple, devraient donc tous avoir les reins détruits avec de tels taux de protéines ou de calcium ! Et que dire de ces taux de cendres qui vont de 9,4 à 15% ? Et pourtant si les ancêtres de votre animal favori ont existé, c’est avec ce type d’alimentation avant tout.

La nature, en général, fait plutôt bien les choses. Il y aurait donc lieu, de temps en temps, de lever le nez des grandes théories sur les taux de ci ou de ça, et d’en revenir à un certain bon sens élémentaire… ou alimentaire. L’évidence est sous nos yeux chaque jour.

Tout est en réalité question de bon sens. Une alimentation de qualité ne dépend pas d’un taux. Le taux de cendres, comme le taux de glucides ou le taux de protéines, ne permet pas de déterminer la qualité d’une croquette par exemple.

La fraîcheur des ingrédients et l’équilibre complet des recettes font de nos recettes Atavik des recettes de qualité.

On vous comprend parce qu’on vous ressemble : si nous sommes aussi exigeants et intransigeants sur la qualité de nos recettes, c’est aussi parce que nos propres poilus en mangent quotidiennement, et que nous voulons le meilleur pour nos poilus, comme pour les vôtres !

Nos produits

Plus d'articles

pomme de terre croquettes chien

De la pomme de terre dans les croquettes sans céréales : un danger ?

La pomme de terre a mauvaise reputation dans l'univers du petfood. Atavik vous explique réellement ce qu'il en est.

Lire l'article >

Constituants analytiques : les cendres dans les croquettes pour chiens et chats

Que veut dire « taux de cendres » sur les étiquettes de croquettes ? On vous explique tout.

Lire l'article >